Singh Dhananjay, Jawaharlal Nehru University

‘Le <<Bhagvat Geeta>> de Charles Wilkins et la traduction de la langue des hommes et des dieux en orient’

Charles Wilkins se rend en Inde en 1770 en tant que fonctionnaire colonial et commence à étudier le sanskrit et le persan en 1778. Conjointement avec d’autres orientalistes britanniques membres de l’Asiatic Society, tels que Nathaniel Halhad et John Shore, il participe à l’élaboration des études orientales au Bengale.

Pour des raisons d’opportunité politique, la traduction des textes majeurs de l’Inde était un enjeu important pour les autorités coloniales sous le gouverneur Warren Hastings. Afin de pouvoir contrôler les sujets de l’Empire britannique en Inde, il était important de connaître les sources intellectuelles, morales et culturelles sensées régir leurs modes de vie, leurs coutumes et leurs traditions. Le but de cette entreprise était de trouver un terrain d’entente avec les institutions religieuses, sociales et politiques locales afin de consolider le règne de l’Etat britannique en Inde. Dans le cadre de son projet de traduction du Mahabharata encouragé par Hastings, Charles Wilkins traduit le long dialogue philosophique entre Krishna et Arjuna avant le début de la guerre et entraîne un changement majeur dans l’histoire de l’hindouisme. En effet, sa traduction est la première version anglaise du Bhagvat Geeta, qui surpasse vite les Vedas et devient le principal texte sacré des hindous.

Le but de cette communication est de montrer que la traduction de Wilkins ne rend justice ni à la polyphonie et au dialogisme poétique du texte original, ni à sa dimension intellectuelle et philosophique. Par un recours à de nombreux subterfuges, Wilkins appauvrit le sens de concepts tels que dharana, dhyana et samadhi et élimine les résonances poétiques du texte original. En présentant le Bhagvat Geeta comme l’expression originale de la spiritualité hindoue, l’auteur oublie que le texte trouve son inspiration dans les précédents systèmes philosophiques indiens.

Cette communication porte sur les tensions idéologiques de la traduction de Wilkins. D’un côté, elle correspond au projet de Hastings, qui consiste à écrire un texte unique et sans équivalent dans la Grèce antique ou l’Europe contemporaine. De l’autre, elle reste attachée à une conception typiquement européenne de Dieu et de l’existence spirituelle.

Singh Dhananjay

Dr. Dhananjay Singh est maître de conférence au Centre pour les études anglaises de l’université Jawaharlal Nehru University, de New Delhi. Il est spécialisé dans l’esthétique comparée, l’esthétique indienne, la philosophie indienne du langage, la poésie et la littérature moderne irlandaises.

 

Publicités