Mokashi-Punekar Rohini, Indian Institute of Technology Guwahati

‘La subversion de la théorie de la race aryenne par Jotiba Phule dans Gulamgiri (1873)’

A la fin du 18ème siècle, les besoins de l’administration coloniale poussent les britanniques à entreprendre des études de la culture et de l’histoire indienne, dont résultent des traductions de textes sanskrits sur les lois, les langues et la littérature indigène. Par la suite, la traduction de textes védiques vers les langues européennes au milieu du 19ème siècle vient étayer l’hypothèse, formulée dans le domaine de la philologie comparative, d’une race et d’une langue ancestrale aryenne.

Pour les indiens de caste supérieure, l’idée de partager une ascendance aryenne commune avec le peuple britannique est une source de fierté. Parmi d’autres auteurs, Debendranath Tagore, Keshab Chandra Sen, Aurobindo, Bankim Chatterjee, Tilak, Ranade et Dayanand Saraswati tentent de revoir l’histoire de l’Inde ancienne en y intégrant l’idée d’une race aryenne. Jotiba Phule, un militant de basse caste issu de l’ouest de l’Inde, fait figure d’exception. Celui-ci s’inspire des écrits de missionnaires protestants et du travail d’orientalistes tels que John Muir, John Wilson et John Murray Mitchell qui, contrairement à la génération précédente d’indologues, se montraient particulièrement critiques envers l’hindouisme.

En tant que membre d’une caste hindoue marginalisée, Phule s’appuie sur les thèses des orientalistes pour subvertir l’idée d’une race aryenne et proposer une autre vision de l’histoire et de la société indienne. Il présente la période pré-aryenne comme une époque idyllique où la population indigène vit paisiblement sous le règne du roi Baliraja, jusqu’à l’arrivée des brahmanes arya qui soumettent le peuple des dasa varna et donnent naissance à la hiérarchie opprimante des castes. En 1873, Phule publie son œuvre majeure, intitulée Gulamgiri ou Slavery dans la traduction de l’auteur, où il établit un parallèle entre le mouvement abolitionniste aux États-Unis et le militantisme de basse caste en Inde, rejette la mythologie brahmanique et offre une autre interprétation de la conquête aryenne. L’année suivante, cet ouvrage servira de manifeste au Satyashodhak Samaj, l’organisation politique fondée par Phule.

Cette communication vise à retracer la trajectoire et l’impact improbable qu’ont eu les traductions orientalistes sur les mouvements radicaux de basse caste menés par Phule dans l’Inde de l’ouest.

Mokashi-Punekar Rohini

Dr. Rohini Mokashi-Punekar est professeur et ancien directeur du Département des sciences humaines et sociales de l’Indian Institute of Technology Guwahati. Elle est l’auteur de nombreuses publications, dont On the Threshold: Songs of Chokhamela (Altamira Press 2005 et The Book Review Literary Trust 2002), Untouchable Saints: an Indian Phenomenon (Manohar 2005) et Vikram Seth: an Introduction (Cambridge University Press 2009). Elle travaille actuellement à la traduction du marathi vers l’anglais de poèmes Varkari médiévaux, qui seront publiés chez Penguin Books dans la série Black Classics. Un CV détaillé ainsi qu’une liste complète de ses publications sont disponibles en ligne à l’adresse suivante : http://www.iitg.ac.in/rohini/

Publicités