Goethals Helen, Université de Toulouse – Jean Jaurès

‘Orient et Occident dans Anatolia (1941) d’Elli Papadimitriou’

En avril 1941 quelques 51.000 soldats des armées britanniques et impériales s’enfuirent précipitamment et ignominieusement d’une Grèce qu’ils n’avaient pas su défendre contre l’invasion nazie. Nombre d’écrivains, dont Lawrence Durrell, Olivia Manning et Georges Séferis furent évacués au Caire en même temps que le personnel militaire. C’est ainsi qu’en temps de guerre, Le Caire devint le centre d’une vie littéraire extraordinairement riche, reflétée en partie dans la revue moderniste Personal Landscape (Paysages intimes). à côté des grands noms déjà cités se trouvèrent des noms moins connus, comme celui de la poétesse grecque Elli Papadimitriou. Les meilleures pages des huit numéros de la revue seront sélectionnées pour l’anthologie Personal Landscape, qui connut par la suite un succès fulgurant. Celle-ci ne contenait pas moins de trois extraits du long poème Anatolia (Le Caire, 1941), accompagnés d’une préface qui rendait hommage à « une poétesse inconnue mais de première importance » et qui proclamait que « Même au travers d’une traduction opaque, la grandeur, l’originalité, la maîtrise de la poétesse et du poème brillent de tout leur éclat. » Dans cette communication j’aimerais attirer l’attention sur quelques-uns des bonheurs qui nous attendent en explorant cette opacité.

Goethals Helen

Helen Goethals est professeur d’Etudes du Commonwealth à l’université de Toulouse – Jean Jaurès. Membre du centre de recherche CAS et membre associée du séminaire Géographies critiques, ses publications sont centrées sur le thème des relations entre poésie et politique. L’une de ses publications récentes est The Unassuming Sky : The Life and Poetry of Timothy Corsellis (1921-41).

Publicités